Jeudi 24 mai

Une quinzaine de guides se retrouve au col du Gratteau. Le matin, Pierre B a décidé de nous emmener au Pic des Trois Dents. Le sentier est agréable, les genêts sont en fleurs ce qui ajoute une touche colorée à un paysage grandiose, qui se mérite car le sentier se fait difficile et sportif par endroits. Il n’empêche qu’arrivés au pied de la Roche Anglaire ou Anglane (selon les cartes) qui constitue une dent avant la première des trois dents (vous suivez ?), certains intrépides choisissent la voie du haut qui passe par les sommets de toutes les dents (nous renonçons à les compter). D’autres préfèrent plus sagement la voie du bas qui longe la muraille celtique après être passé devant le “puits des fées”, un système de récupération des eaux pluviales mis en place par les Gaulois pour avoir un peu d’eau potable à l’intérieur de l’enceinte. Les deux groupes se retrouvent avant d’attaquer la descente très raide.
Le beau temps du matin laisse place aux nuages et à la fraîcheur pendant le pique-nique, et nous devons renfiler les vêtements quittés au départ ! L’après-midi, Bertrand de la LPO vient nous initier aux plantes du secteur, puis sous le soleil retrouvé nous partageons cerises et clafoutis apportés par Cécile.
Une bien belle journée en résumé !

Réunion du lundi 14 mai

Nous nous retrouvons après deux lundis fériés, et de fait l’ordre du jour est bien chargé.
Le site interne est bien entré dans les habitudes, il permet aux absents de suivre l’actualité, et satisfait tout le monde.
Préparation des journées du Patrimoine (15/16 septembre). Nous interviendrons sur deux thèmes :
– le samedi, remontée de la vallée du Dorlay de Saint-Paul-en-Jarez à la Terrasse-sur-Dorlay, à la recherche des traces du patrimoine industriel.
– le dimanche, de Saint-Chamond à la chapelle du Fay, qui sera ouverte.
Reconnaissance de ces deux sorties les mardis 12 juin (Dorlay, journée) et 19 juin (matinée).
Centre Social de Saint-Paul-en-Jarez. il devient notre nouveau partenaire, nous devrons assurer des sorties tous les 15 jours les vendredis après-midi, avec 2 sorties à la journée par an. Premier accompagnement le 14 septembre à Burdignes (journée). Le programme est bouclé jusqu’à la fin de l’année.
Commission faune-flore. En raison de l’ordre du jour chargé, sa réunion est reportée au lundi 11 juin à 16 h.
Pas de réunion lundi prochain 21 mai (lundi de Pentecôte).

Orientation à Chaubouret

Voici pour préparer la sortie de jeudi, les documents transmis par Marcel M.
Et un plan commenté d’André C sur l’état du circuit en 2011.


Traversée du Pilat – 24 et 25 avril

Traversée du Pilat du 24 et 25 Avril 2018

préparée par Marcel Payet et Jacky Pichon

9 marcheurs, 2 femmes et 7 hommes, présents au départ à 9h00 rue Virgile à la Métare.

Après le passage à La Côte (la bien nommée) nous prenons le GR42 direction Rochetaillée.

La moitié du groupe fait un détour pour aller voir la Madone de Rochetaillée (funeste détour pour les bâtons de Guy) et le groupe se reforme au bourg pour prendre la direction de la Barbanche.

La pause pique-nique, au Km13 après 4h de marche et 530m de dénivelé, se fait un peu avant Le Bessat.

Après la traversée du Bessat, photos de groupe à Chaubouret et direction La Jasserie par le GR7. Une partie du groupe fait un détour par le Crêt de la Perdrix et tout le monde se retrouve à la terrasse de la Jasserie.

Nous sommes rejoints par la femme de Patrick, qui assure la logistique des sacs de couchage, et prenons possession du dortoir.

Bernard Jamet arrive juste en fin de journée et nous nous retrouvons à 11 à table pour finir autour d’un repas campagnard, avant une bonne nuit dans les boites.

– Bilan 1er jour : 7h30 avec les haltes, pour 21.5 Km et 1000m de dénivelé-

Le lendemain matin, après le petit déjeuner et agrémenté de la visite de l’âne, départ à 8h30. Les 8 marcheurs restants empruntent le sentier Claude Berthier. Après un arrêt à la stèle, commémorant le crash d’un avion américain en 1944, direction le col de l’Oeillon et halte au Col du Gratteau.

Pierre et Guy ne résistent pas à faire la montée au Crêt de l’Oeillon et la redescente par le Chirat.

Après la descente vers la Croix de Saint Sabin les 2 intrépides font un détour par la chapelle de Saint Sabin . La jonction avec le groupe est faite avant Buet.

Le reste de la descente, par Le Verdier et la Croix de Sainte Blandine, fait des dégâts sur le physique des marcheurs.

La halte pique-nique, au Km13 après 4.5h de marche et 630m de dénivelé, sous la Croix de Sainte Blandine, est très appréciée.

Une partie du groupe rejoint Saint Julien-Molin-Molette par la route, l’autre emprunte le Chemin de Saint Jacques de Compostelle GR65.

A St Julien, Marcel, Monique et Bernard repartent en voiture et les 5 derniers courageux bravent l’orage pour rejoindre Bourg Argental et prendre un rafraichissement avant de monter dans le bus du retour à Saint Etienne .

– Bilan 2eme jour : 8h30 avec les haltes, pour 23 Km et 850m de dénivelé-

Texte Bernard Z – crédits photos: Joëlle, Guy, Jacky, Pierre et Bernard

dav

dav

dav

dav

dav

dav

dav

dav

dav

dav

Jeudi 1er mars : soupe aux choux

Après diverses péripéties à cause des accidents sur la route, dus au verglas, nous nous retrouvons finalement au Collet de Doizieux. Renée “Léonie” décide de simplifier le parcours : c’est par le grand chemin que nous partons en direction de la Croix de Montvieux. Il fait froid, le vent terrible nous transperce, mais nous marchons vaillamment. Au Châtelard nous tournons à gauche pour attaquer la remontée, le chemin est pris par les glaces et très glissant par endroits, mais nous arrivons tous en un seul morceau !

A l’auberge du Collet de Doizieux la soupe aux choux nous attend. Certains nous rejoignent à ce moment-là. Dans l’auberge, il y a le dessin de Patrick, réalisé jadis pour la mairie de Doizieux, et qui finalement fut récupéré par la boulangerie, et aujourd’hui par l’auberge.

Excellente, la soupe aux choux, et la charcutaille qui va avec, suivie d’un fromage blanc ou sec, et d’une tarte aux pommes. Sans oublier la poire en digestif ! Promis, on reviendra…

Réunion du lundi 26 février

Patrick Sordelet remplacera Marcel Gourbière auprès du Centre Social d’Izieux-le-Creux.

Renouvellement de la subvention de la ville de Saint-Chamond : 180 €.

Journées du Patrimoine 15 et 16 septembre 2018. Le thème sera “l’art du partage” et pour Saint-Chamond “à chacun son patrimoine”. Nous sommes conviés à une réunion en mairie le 13 mars à 14 h pour bâtir un programme d’animations sur ce thème.

Jeudi 22 février

Malgré une météo optimiste deux jours avant, il fait un temps à ne pas mettre un guide dehors ! Pourtant nous nous retrouvons 10 sur le parking de l’église du Grand Quartier, même si pendant 10 minutes personne n’ose sortir des voitures… Finalement, malgré le froid, la neige et le glas, nous prenons le départ. Belle balade entre monts et vallées, que la neige saupoudre de sucre glace en ajoutant ainsi un peu plus de charme.

Le passage dans le Bois des Oeillons nous permet d’être à l’abri du vent, même s’il y a un ruisseau à franchir, ce qui se fait aisément grâce à quelques chevaliers servants. La montée vers le Crêt des Alouettes se fait par un temps sibérien. Finalement, nous décidons de raccourcir l’itinéraire prévu pour arriver un peu plus tôt au Pilon et profiter du confort d’une salle bien chaude. Lorsque nous entrons dans le Café des Promeneurs, les lunettes s’embuent instantanément, les optiques des appareils photo aussi… Les premiers clichés donnent l’impression qu’il y a du brouillard à l’intérieur ! Le pique-nique est le bienvenu, et bonne surprise : le vin est des plus corrects ! Nous avons même droit au pousse-café. Monique Gotty est venue toute seule à pied de St-Héand nous rejoindre et manger avec nous.

Le retour s’effectue comme prévu par le Mont Morin, sur un itinéraire (presque) tout en descente. Au final, malgré le temps, nous sommes tous satisfaits de cette journée concoctée par Solange.

Sortie raquettes du 8 février

Sortie raquettes du 8 février 2018.
Il fallait vraiment être en manque…nous étions 7 dans ce cas, dans le brouillard et le froid (-7°C) , mais que les sous bois étaient beaux et faire la trace, c’est magique!
Après l’effort, le réconfort au CHAUBOURET. La vie est dure…
andré C.